175 ans de Dvorak, décès du ténor Johan Botha et Frère Jacques par trois clémentines

Happy 175th, Dvořák !

dvorakLe monde musical classique célèbre aujourd’hui les 175 ans d’Antonín Dvořák, l’un des trois « grands » de la musique tchèque avec Smetana et Janacek. Compositeur complet de la période romantique, admiré par Brahms, Dvorak est connu dans le monde entier pour sa Symphonie du « Nouveau Monde », sa dernière, composée vers la fin de sa vie alors qu’il était aux Etats-Unis. Mais Dvořák c’est aussi de la succulente musique de chambre, un magnifique Concerto pour violoncelle, l’opéra Rusulka – grand favori du répertoire lyrique romantique -, un colossal Stabat Mater, des poèmes symphoniques, ou encore une série de somptueuses Danses slaves.

A cette occasion, voici le 3e mouvement de sa Symphonie n°8, qui se démarque par un généreux lyrisme avec de superbes mélodies cousues dans un tissu orchestral d’une remarquable fluidité :

Décès du ténor wagnérien Johan Botha

johan_bothaLe chanteur, âgé seulement de 51 ans, est décédé aujourd’hui des suites d’un cancer foudroyant. D’origine sud-africaine, il était l’une des coqueluches du monde de l’opéra, grand interprète de Wagner, Strauss et Puccini notamment, réclamé par les plus grandes maisons d’opéra du monde.

Relâche pour le pianiste turque Fazil Say

fazil_sayIl était accusé d’avoir porté offense, par une série de Tweets, à la religion officielle de l’Etat turc, il y a 4 ans. Condamné à 10 mois d’emprisonnement, le pianiste Fazil Say, âgé de 45 ans, vient finalement d’être acquitté, d’après l’AFP. Son arrestation avait soulevé de nombreuses critiques, notamment en Occident, et provoqué de vives inquiétudes pour la libre expression dans ce pays candidat à l’entrée dans l’Union Européenne. Une bonne nouvelle, donc, en cette période trouble pour la Turquie, où une grande vague d’arrestations a eu lieu ces dernières semaines, suite au putsch raté tenté par des opposants au régime conservateur du président Erdogan, cet été.

La pianiste Racha Arodaky dans la bande-son du film Eternité

eterniteDans les salles de cinéma depuis hier, le nouveau film du réalisateur vietnamien Tran Nu Yên-Khê met en scène trois grandes actrices françaises : Audrey Tautou, Mélanie Laurenet et Bérénice Bejo. Mais une quatrième femme y joue aussi un rôle important, même si on ne fait que l’entendre : Racha Arodaky, une pianiste française d’origine syrienne et socialement engagée, et que musicaeterna.fr avait interviewé en 2012. On y entend notamment des extraits de son disque consacré à Handel, notamment le Menuet en sol mineur de la Suite n°1 et la Sarabande de la Suite pour clavier n°4 en mi mineur.

Frère Jacques joué par 3 clémentines

Eric Rosenbaum, mélomane et chercheur américain, a mis au point un petit boîtier permettant à tout un chacun de faire de la musique sans connaître les lois du solfège. Surnommé « Makey Makey », il se branche à l’ordinateur via le port USB, et permet d’associer jusqu’à 12 objets conducteurs (fruits, tartine de pain…!) à des notes différentes, simplifiant ainsi au maximum la créativité musicale.  Présenté dans une vidéo sur le site de la chaîne Arte, on y voit par exemple trois clémentines jouer Frère Jacques, ou encore une peinture insolite réalisée avec de l’encre conductrice – passez votre main sur le tableau, et votre ordinateur transposera vos gestes en musique !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>