A République, tous debout avec Dvorak pour un « Nouveau Monde »

nuit_debout_dvorakQuand Antonin Dvorak composa sa Neuvième Symphonie, en 1893, il était en voyage en Etats-Unis, un territoire perçu par les Européens comme le « Nouveau Monde » où tout était possible. A Paris, le mercredi 20 avril 2016, c’est cette même symphonie qui a été jouée quelque peu à l’improviste dans une ambiance festive et bouillonnante par près de 300 musiciens, assis dans les lumières nocturnes de la place de la République, au pied de la statue de Marianne. Une place devenue le symbole d’une France unie, libre, démocratique, solidaire et, depuis quelques semaines, avec le mouvement « Nuit debout », le terrain de nouveaux possibles, le terreau d’un Nouveau Monde à la française.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>