« Sleep » : la berceuse de Max Richter qui dure 8 heures

© Rhys Frampton - Deutsche Grammophon

© Rhys Frampton – Deutsche Grammophon

A minuit, le 26 septembre, Max Richter interprétera en direct sur la radio BBC 3 sa nouvelle oeuvre, intitulée « Sleep ». Une berceuse qui dure… 8 heures !

Compositeur germano-britannique de 49 ans, Max Richter fait partie de cette génération de musiciens que l’on surnomme « post-minimalistes ». Sa musique répétitive, tendrement tonale, jamais violente, subit directement l’influence de ses ainés Philip Glass, John Adams, Steve Reich, mais aussi d’Arvo Pärt, tout en explorant de nouveaux champs esthétiques. Compositeur de musique acoustique et électronique, brouillant les frontières entre musique savante et populaire, il a su fédérer autour de lui des mélomanes de tous horizons. Sa « recomposition » des Quatre Saisons de Vivaldi, notamment, dans un disque paru chez Deutsche Grammophon, a beaucoup fait pour sa popularité. Mais aussi ses musiques de film, de Valse avec Bashir (2008) jusqu’à La French (2014) avec Jean Dujardin, en passant l’excellent film indien The Lunchbox (2013).

« Ma berceuse personnelle face à un monde frénétique »

« J’ai toujours été intéressé par le sommeil » explique-t-il à la BBC. « Je partage cet instinct, avec d’autres qui font un métier créatif, que c’est en dormant que des choses intéressantes se passent, pour mon travail mais aussi de façon plus générale. C’est l’une des raisons pour lesquelles le fait de dormir est l’une de mes activités préférées… »

Richter considère donc Sleep comme un hommage à la profondeur et au mystère du sommeil, mais aussi et surtout comme un échappatoire face au monde frénétique dans lequel évoluent les sociétés industrialisées, où tout va toujours de plus en plus vite.« Un manifeste du ralentir » dit Richter par ailleurs, avec 8 heures de musique purement instrumentale, pendant laquelle il espère même vivement que « les auditeurs s’endorment » ! La question sera donc de savoir si, comme le pensait Stravinski à propos des éternelles longueurs dans la musique de Schubert, si en s’endormant on se retrouve au paradis ou non !

En attendant de le savoir, la nuit du 26 septembre, voici un avant-goût de cette berceuse la plus longue de l’Histoire :

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>